Bertrand Fenêtres et Portes

Journal de Vegas. Chapitre III

Vous vous préparez depuis plusieurs mois. Les semaines passent comme si on les avait cassées à coups de fouet. Vous sentez que quelque chose de spécial arrive. Une opportunité pour l'entreprise, une aventure d'une vie pour vous. Et puis nous sommes le mardi 27 février, à 9h00, vous êtes au stand avec vos amis et... vous ne ressentez pas une telle excitation. Tout semble si normal, et la foule que vous avez croisée il y a une heure en vous rendant à la fête s'est dispersée quelque part dans la salle. Alors vous vous dites : - Est-ce que c'est censé être une si grande foire ?

Tu ne le sais pas encore... tu ne penses pas vraiment. Vous le saurez bientôt. Et surtout le deuxième jour, juste avant midi, où il y aura tellement de monde au stand Bertrand qu'on ne saura plus où donner de la tête.

IBS 2024 a commencé paresseusement. Quelque part des haut-parleurs suspendus en hauteur, une annonce en anglais est venue - bienvenue au salon IBS - un bavardage standard, comme si vous vous teniez à la gare en Pologne et écoutiez l'information selon laquelle le train Lębork - Słupsk entrera sur la voie 1 sur le quai. 1.

Les participants ne se sont pas rendus en groupe aux tribunes. Nous, l'équipe Bertrand, serrés et prêts, chacun de nous imaginait plus ou moins ainsi que le départ serait un coup si impressionnant, comme si toute la "Team" était venue à Płock. Et ici... silence, paix. Les gens se déplaçaient lentement, paresseusement. On était très concentrés sur ce début, sur le fait que dès les premières secondes il y aurait du feu jusqu'à la fin. Et cet incendie était là, il s'est déclaré de manière soudaine et inattendue vers 11 heures du matin, quand il a commencé à devenir plus fréquenté.

Le plus gros défi était le deuxième jour. Il y a tellement de monde qu'il est difficile de les suivre, et vous ne voulez pas que quelqu'un attende, pas nécessairement intentionnellement exclu, ou qu'il se sente ignoré. Il fallait souvent improviser rapidement, surtout si l’on voulait parler à une personne en particulier. Par exemple avec Paul, notre responsable commercial. Un client arrive, nous nous saluons gentiment et il me demande poliment comment je vais.

- Tout va bien. Et avec toi? - Je dis. « Super », répond-il machinalement, et je vois déjà qu'il regarde autour de la tribune. - Puis je vous aider? - Je demande. - En fait, oui. Pouvez-vous me dire où est Paul ?

Et ce n'était pas comme si une seule personne avait posé des questions sur notre ami de l'Ohio. Il y a eu beaucoup de questions, surtout le deuxième jour. Notre cher Paul a veillé à ce que le stand Bertrand soit visité par un groupe de clients assez important.

La deuxième chose qui m'est venue à l'esprit, c'est que les Américains sont... de terribles amateurs de gadgets. Mais pas dans le sens où ils possèdent de nouveaux iPhones ou de nouvelles montres intelligentes (même s’ils en ont probablement). Je suis plus préoccupé par ces collectionneurs de matériel marketing. Toutes sortes. Devant, nous avions une table, une sorte de bureau d'accueil, avec nos sacs, stylos, filets et petits rideaux pour la caméra du portable. Ce dernier a particulièrement surpris les invités, ils l'ont pris dans leurs mains et l'ont regardé de tous les côtés.

- Qu'est-ce que c'est? - ils ont demandé. – C'est une couverture pour la caméra de l'ordinateur portable – avons-nous expliqué poliment. -Vraiment? – ils ont exprimé leur surprise. – Ils ne s’y attendaient pas du tout. En fait, nous aurions pu leur dire que c'était n'importe quoi. Une fois, nous avons même doucement relâché un participant à qui nous lui avons dit qu'il s'agissait d'un mini processeur. "Vous vous moquez de moi," regarda-t-il avec incrédulité. - NON. Sérieusement. - Vraiment?!

Eh bien, d'accord, je l'ai fait. Mais je l'ai aussi rapidement corrigé.

En terminant ce fil, un gars a dit sans détour : - Drôle de gadget. Mais c'est utile, je le prends - et il a pris deux morceaux de ce petit miracle dans sa main. – Vous êtes probablement la seule entreprise à proposer quelque chose comme ça.

Les gadgets disparaissaient en gros de notre réception. Pas seulement ces casquettes. Des sacs, des stylos, tout. Je me souviens que quelques mois avant la foire, nous nous demandions quoi emporter avec nous.

– Les Américains adorent collectionner des choses comme celle-ci. Ils prennent tout ce qu'ils peuvent et autant qu'ils le peuvent, a soutenu notre directeur, Olaf. Pour être honnête, nous ne l’avons pas vraiment cru. Eh bien, c'est un événement prestigieux, Vegas, et les gens vont se procurer des sacs et des stylos auprès d'une entreprise polonaise. Et voici une surprise.

Je pense que ce qui distingue notre entreprise, outre les excellents produits, c'est l'atmosphère. Nous avions une équipe très joyeuse, bien que toujours professionnelle, mais qui avait une manière plutôt peu conventionnelle de mener les conversations. Nous avons organisé des concours pour nos clients dans lesquels ils ont gagné nos gadgets et cela a vraiment fonctionné. Aucune entreprise n’a probablement proposé quelque chose d’aussi trivial.

Le deuxième problème est une approche individuelle du client. Ils ont été ravis de la manière dont nos vendeurs menaient la conversation, dont ils parlaient des produits, mais aussi de l'entreprise elle-même. La manière dont la conversation s'est déroulée n'était pas non plus standard, parfois légère et plaisante. À un moment donné, dès le troisième jour, nous avons été approchés par un vendeur, Mateusz, un bavard incroyable. – Saviez-vous que les clients prennent des photos avec moi ? – dit-il soudain. Comme lui, on ne sait jamais s'il dit la vérité ou s'il vous trompe. Et même si nous avons vu qu'il avait un bon contact avec les clients, nous ne l'avons pas entièrement cru.

Il revient une demi-heure plus tard. A côté de lui se trouve un type d'une quarantaine d'années, élégamment habillé. – Prenez-nous en photo – il tend le téléphone et le client... se positionne à côté de lui. Avec le sourire, satisfait. – J'ai déjà pris une douzaine de ces photos – dit notre ami, puis il nous dit poliment au revoir, et nous sommes encore un peu sous le choc.

Vraiment. Il n'est pas devenu sombre.

Parlez de notre offre

Nous avons préparé quelque chose de spécial pour vous

Articles recommandés

Les vrais héros ne portent pas de cape. Même si c'est un cliché, c'est tellement vrai dans ce cas...

Des fenêtres propres sont la carte de visite de chaque maison. Malheureusement, obtenir des fenêtres parfaitement propres et sans traces peut être un défi. Nous en avons préparé quelques-uns…

Décorer un rebord de fenêtre est une excellente occasion d'exprimer votre style et d'ajouter un caractère individuel à l'intérieur. Il est extrêmement important que les décorations soient…