Bertrand Fenêtres et Portes

La compétition est une bataille constante avec les pensées

Est-il possible de conquérir le plus haut sommet du monde... sans quitter la Pologne ? Tu peux! Cependant, vous devez vous rendre à Varsovie et participer à la compétition Everest Run. Notre Responsable RH a relevé ce défi, Thomas, ce qui explique en quoi consiste le jeu et - surtout - comment il s'est comporté lors de la compétition. Nous vous invitons pour une courte conversation avec notre collègue.

Comment en êtes-vous venue à participer au concours « Everest Run Skyliner » organisé à Varsovie ? Ce sont des métiers peu reconnaissables, alors la question se pose : où les avez-vous découverts ?

C'est vrai, ces compétitions ne sont pas très populaires en Poméranie. Il s'agit de monter 55 fois les escaliers jusqu'au 42e étage et d'atteindre ainsi la hauteur du sommet du mont Everest. Nous disposons d'un délai maximum de 24 heures pour cela. Je dois admettre que je n'ai jamais entendu parler d'un tel événement auparavant. Cependant, à la fin de cette année-là, je suis tombé sur un texte décrivant cet événement et quelque part, je me suis rappelé qu'un tel événement aurait lieu. Ensuite, j'ai pensé que le concours aurait lieu, comme toujours, en avril ou mars, pour avoir le temps de me préparer. Cependant, il s’est rapidement avéré que les inscriptions débuteraient en janvier et que l’événement aurait lieu en février. Malgré tout, je me suis inscrit, sachant que j'avais peu de temps pour me préparer...

Qu’est-ce qui vous a convaincu de prendre cette décision ?

Le but caritatif de cet événement. Les frais d'inscription sont reversés à une cause sympa et socialement utile : la Rescue Support Foundation. En général, cependant, je voulais essayer quelque chose comme ça, car ma seule expérience de montée d'escaliers était un événement qui s'est déroulé à Wrocław, à la Sky Tower. Mais là, il fallait courir le plus vite possible jusqu'au 49ème étage, ce qui était plutôt une course de sprint. Maintenant, je voulais voir comment j'allais performer dans un défi d'une telle distance - 24 heures de course dans les escaliers.

Vous avez évoqué un aspect important, qui est la préparation d'un tel événement ? A quoi ressemblait le vôtre ?

Oh, ça varie. La météo ne m'a pas aidé du tout, car au début de l'année c'était un vrai hiver. J'ai essayé de m'entraîner autant que possible dans les escaliers à l'extérieur, pas à l'intérieur des bâtiments. De plus, j'ai fait des courses en montée et de la musculation au CrossBox Kaszuby. Néanmoins, quantitativement, je devrais faire beaucoup plus de ces formations, principalement celles impliquant la montée d'escaliers. Endroit préféré pour t’entraîner ? Point de vue à Reda sur la montagne Jara. Il y a quelques escaliers là-bas. Peut-être que si j'avais eu un mois de plus pour me préparer, je me serais préparé un peu mieux, mais je ne pense pas que j'aurais radicalement amélioré mon résultat.

À quel moment avez-vous senti que c’était difficile ?

La première ascension n'était pas si mauvaise - 11 min. 22 pp. même s'il y avait beaucoup de monde dans les escaliers à ce moment-là. Il y avait du monde, c'était étouffant, je me sentais un peu comme dans un sauna. Après la troisième heure, beaucoup de fatigue commençait à s'installer, j'ai donc dû revoir rapidement mon objectif de nombre d'ascensions par heure.

Quel budget avez-vous prévu ?

Trois. Je voulais vraiment atteindre cinquante-cinq ans en 24 heures. Mais j’ai vite compris que c’était complètement irréaliste pour moi pour le moment. J'ai alors supposé qu'il me faudrait faire dix ou quinze ascensions. Après un certain temps, j'ai vu un programme de l'organisateur, qui indiquait que seize ascensions équivalaient à la hauteur du plus haut sommet de Pologne et que c'était mon objectif minimum.

Comment une personne ressent-elle cette fatigue ? Plus physiquement ou mentalement ?

Vous sentez certainement vos jambes en premier. Quand vos muscles brûlent comme s'ils avaient été aspergés d'essence, ce n'est pas si grave, c'est pire quand ils sont si fatigués que vous avez envie de lever la jambe et de pousser, mais vous avez l'impression qu'il n'y a plus d'essence dans le réservoir😊. Ma respiration était bonne. Même lorsque j'ai fini de participer, le bénévole a été surpris car apparemment je n'avais pas l'air fatigué😊, mais mes jambes étaient déjà coupées. Une ou deux entrées de plus et je n'aurais pas quitté ce gratte-ciel tout seul😊. Et dans l'étape suivante, outre une fatigue extrême, vous luttez principalement avec votre tête. Je ne sais pas non plus si je ne montais pas les escaliers trop vite, mais maintenant ce n'est qu'une supposition. Si je devais comparer cette compétition aux précédentes auxquelles j'ai participé, qu'il s'agisse de Runmageddon, ou de la course sur les tremplins de saut à ski de Wisła, de la course sur les escaliers de Wrocław ou de la course sur la piste de motocross de Jurek Górski à Głogów, ce serait C'est probablement seulement sur cette piste que c'était plus difficile, mais l'événement de M. Jerzy est un engagement - ça doit être difficile là-bas 😊 Les compétitions de CrossFit, en revanche, sont une toute autre histoire et il est difficile de les comparer.

Avez-vous eu ce flash ou pensé qu'est-ce que je fais ici ?

Pas tellement. Cependant, c’est une bataille constante dans la tête avec les pensées. Il y a eu des moments difficiles. A tel point que j'ai cru que c'était la dernière entrée. J'ai essayé de me tromper un peu - parfois j'entrais avec de la musique, parfois je ne regardais pas à quel étage je me trouvais actuellement, je gardais juste la tête baissée et j'avançais. À un moment donné, je me suis dit que je n'avais pas parcouru autant de kilomètres juste pour entrer deux fois dans le proverbial et revenir ensuite.

Et quelle entrée a été la plus difficile ?

Le seizième, dernier, contrairement aux apparences, ne l'était pas du tout, car je savais déjà que c'était l'arrivée. Ma plus grande crise s'est produite autour de la neuvième entrée. J'ai ensuite fait une pause de deux heures, pendant laquelle je suis resté allongé là. C'est chaque participant qui décidait quand se reposer, quand manger, à quelle vitesse et à quelle fréquence il mangeait. Chacun avait sa propre tactique et ses propres objectifs.

Envisagez-vous d’autres compétitions dans un avenir proche ou lointain ?

Le plan minimum de participation à une compétition une fois par an a été mis en place, mais je ne dis pas que c'est fini car nous ne sommes qu'en février😊 Je pense à une course de fond sur ergomètres à rames. J'aimerais également améliorer mon résultat au "Murph challenge" (course de 1 mile, 100 tractions, 200 pompes, 300 redressements assis, course de 1 mile) et passer en dessous d'une heure. Mais pour l'instant, je ressens encore les difficultés de ma dernière aventure sportive, donc je ne pense à rien d'autre qu'au repos.

Et à l'avenir, j'aimerais organiser un match de tennis de table caritatif de 24 heures, au cours duquel les joueurs pourront se changer à table, mais la balle devra passer à travers le filet en continu pendant 24 heures entières.

Parlez de notre offre

Nous avons préparé quelque chose de spécial pour vous

Articles recommandés

Les vrais héros ne portent pas de cape. Même si c'est un cliché, c'est tellement vrai dans ce cas...

Des fenêtres propres sont la carte de visite de chaque maison. Malheureusement, obtenir des fenêtres parfaitement propres et sans traces peut être un défi. Nous en avons préparé quelques-uns…

Décorer un rebord de fenêtre est une excellente occasion d'exprimer votre style et d'ajouter un caractère individuel à l'intérieur. Il est extrêmement important que les décorations soient…