Bertrand Fenêtres et Portes

Journal de Vegas – Chapitre I

Il est environ 7h30, encore tôt, et pourtant il y a beaucoup de monde dans les rues. Quelqu’un fait du jogging, quelqu’un avec une tasse de café à la main glisse paresseusement le long de la rue principale. Las Vegas accueille à la fois ses résidents et ses invités, avec un temps magnifique et un plein soleil. Je me tiens à un feu rouge avant un passage pour piétons, parmi une cinquantaine de personnes se dirigeant dans la même direction. Les visages de certains montrent que l'aube est arrivée trop tôt, tandis que d'autres, comme trois jeunes filles vêtues d'uniformes noirs, discutent joyeusement.

Nous différons par notre apparence, notre pays d'origine, l'entreprise que nous représentons, et même la couleur du cordon sur lequel le badge est accroché, mais ce badge montre clairement que même si nous sommes différents sur pratiquement tout, nous allons tous dans la même direction.

Vous allez aussi à la foire ? – la blonde me sourit, jugeant par mes yeux qu'elle a une trentaine d'années. – Oui – Je réponds, également avec un sourire, même si la réponse est évidente. – Bonne chance! – dit-il toujours en souriant, et c'est là que se termine la conversation agréable et momentanée. Le feu devient vert, et à ce signal une mer de personnes traverse le « zèbre ». Et moi avec eux. Nous nous dirigeons tous vers le Las Vegas Concention Center, où dans environ une heure et demie débutera la prochaine édition du Salon international de la construction IBS 2024 - probablement le plus grand événement de ce type au monde.

Je suis à Vegas, aux États-Unis en général, pour la première fois. Tout est nouveau, intéressant et cool pour moi ici. Avant même de poser le pied sur le sol américain, bien que déjà en route pour la foire, j'ai appris à ne pas avoir de grandes attentes. C'est le conseil de Daniel, un architecte de Varsovie, qui était assis à côté de moi. Par chance, dans un avion rempli d'étrangers, un Polonais était assis à côté de moi. Même si ni moi ni lui ne le savions au début. Mon compagnon de voyage m'a aidé à charger mes bagages et, dans la langue des rois, a essayé d'engager la conversation. Mais ensuite j'ai remarqué qu'il tenait le livre d'Andrzej Pilipiuk dans sa main, alors j'ai souri et j'ai dit :

D'accord, alors parlons peut-être en polonais. - Il eut l'air un peu surpris, il ne s'y attendait pas du tout, mais il reprit rapidement son sang-froid. – Cool. Pourquoi pas? – il sourit largement. Eh bien, parlons-en.

Daniel travaille dans une entreprise à capitaux étrangers. Je vais à la foire, c'est-à-dire au travail, et lui aussi va au travail, mais à un titre légèrement différent - son entreprise organise un tel voyage deux fois par an, plus d'intégration que de formation, chaque fois dans un endroit différent du monde. Daniel est déjà allé à Barcelone, dans six mois il sera à Lisbonne, et maintenant, pendant une semaine, il va découvrir les charmes de la ville où ont eu lieu les Jeux olympiques d'hiver de 2002.

Si vous êtes en Amérique pour la première fois, ne vous attendez à rien. Je veux dire, ne sois pas déçu, – le nouvel ami « dénigre » tout de suite. – Est-ce si grave ? - Je souris. – NON… - il à répondu. – Mais... je ne vous le dirai pas. Tu verras par toi-même – dit-il, puis s'arrête un instant pour ajouter : – Mais tu sais quoi? Ce à quoi il faut prêter attention, c'est la nature. Parce que vous ne verrez pas ça en Pologne – assure Daniel. Quelques heures plus tard, alors que notre avion survole les montagnes baignées de soleil et le fleuve Hudson, c'est-à-dire Salt Lake City, mon collègue polonais me donne un coup de coude :

Regarder – montre la vue derrière une petite fenêtre. – C'est ce dont je vous parlais. – La vue depuis la fenêtre est à couper le souffle. Cela ne peut pas être décrit avec des mots.

L'aéroport de Salt Lake City est assez grand, mais avec mon collègue de la société Minh Dat, qui préfère s'appeler Alex, nous avons trois heures avant notre prochain transfert. Nous allons donc dans un des bars de l'aéroport prendre une bière rapide, comme je l'ai promis... au garde-frontière. Et c’était ainsi. Une fois l'avion atterri en toute sécurité, un peu épuisés par le vol de près de dix heures, nous nous sommes dirigés vers le vol suivant, cette fois vers Vegas. Cependant, avant de pouvoir nous asseoir confortablement au bar, il y avait d’abord un contrôle obligatoire. On dirait que les voyageurs font la queue sur trois files, puis chacun est appelé par l'un des gardes. Ce « mien » avait l'air assez simple car, comme moi, il avait des courbes et une barbe rousse. Il avait également une expression menaçante et un regard perçant qui passait de mon passeport à moi. Je ne savais pas à quoi m'attendre.

Première fois aux États-Unis ? – demanda-t-il soudain. – Oui. - Je réponds. – Peut être vu – il a soudainement souri. – Ne stresse pas, – dit-il amicalement. – On dirait que tu ne sais pas où tu es. – à ce stade, il se moquait clairement de moi. Joker. Mais j'ai vite découvert qu'aux États-Unis, les gens parlent beaucoup et vite, qu'ils peuvent facilement raccourcir la distance et qu'ils plaisantent beaucoup. Nous discutons un moment et le gardien m'interroge sur le but de ma visite. Je dis que je vais au salon professionnel à Vegas. Il n'est pas particulièrement intéressé par les salons de la construction, mais lorsqu'il entend le mot « Vegas », il rayonne. – Belle ville, beaucoup d'attractions. Soyez juste poli ! – il fait une grimace menaçante. – Je serai. Mais pour le moment, je préfère boire une bière fraîche. – Je le dis en toute honnêteté.
A ces mots, le gardien se contente de sourire puis... me fait la leçon sur le fait de ne pas conduire sous l'emprise de l'alcool. – C'est un crime très grave – il souligne ces mots à plusieurs reprises et clairement. Il a l'air sérieux, même si ses yeux sourient toujours. – Bien. Alors va t'amuser. – il me donne mon passeport, et quand je m'éloigne de quelques mètres, il m'appelle. – Hé mon pote! – Je m'arrête, un peu nerveux. Si seulement il ne me reprenait pas. – Oui?Souviens-toi! Pas d'alcool au volant. – il rit ouvertement, puis me dit au revoir.

Je ne m'attendais pas à des miracles dans un bar d'aéroport, et ça tombe bien, car c'est simple et sans artifice. Il y a un gars assis à côté de moi, en train de boire sa bière. Il a l'air d'avoir la cinquantaine, il porte un chapeau de cowboy, donc je suppose qu'il vient du Texas. A gauche, un jeune nerd est en train de bricoler son portable, et derrière le bar il y a une femme, petite, trapue, la quarantaine, jolie Latina. Il lit son nom sur l'étiquette : Maleena.

Qu'est-ce qu'il y a pour vous les gars ? – dit-il joyeusement. Nous passons la commande et sa bouche ne se ferme pas. – D'où venez-vous? De Pologne? Ooooh. J'étais une fois en Europe. J'ai vécu à Budapest pendant quelques années ! – Nous ne nous sommes pas encore assis et la joyeuse Maleena nous a raconté la moitié de sa vie. Qu'elle était en Hongrie avec sa famille et son mari, mais que maintenant, depuis plusieurs années, ils se sont installés dans l'Utah. Que c'était dur au début parce qu'ils n'avaient pas de travail et que leurs économies disparaissaient, mais maintenant ça va mieux. Elle n'est jamais allée à Vegas, elle nous envie tellement. – L'Amérique est un pays hospitalier et agréable, Salt Lake City est un endroit magnifique, c'est vrai, mais vous n'avez probablement pas vu l'Arizona. – Il nous quitte finalement parce que l’homme au chapeau veut commander une autre bière. – Si tu veux commander quelque chose, chérie, appelle-moi.– dit-il encore.

C'est aussi intéressant et j'ai vite remarqué que les gens ici vous appellent souvent affectueusement et diminutivement : Cher. Bébé. Soleil. Comme dans les films américains. Quand je les regardais quand j'étais enfant, cela me paraissait artificiel et exagéré.

Et c’est vraiment comme ça. Je regarde ma montre. Nous avons un avion dans une heure, puis encore quatre-vingt-dix minutes de voyage et nous y sommes enfin. Il fera encore beau lorsque nous mettrons le pied dans la capitale mondiale du jeu et de la débauche, très fatigués et légèrement désorientés.

Mais nous en reparlerons demain.

Parlez de notre offre

Nous avons préparé quelque chose de spécial pour vous

Articles recommandés

Les vrais héros ne portent pas de cape. Même si c'est un cliché, c'est tellement vrai dans ce cas...

Des fenêtres propres sont la carte de visite de chaque maison. Malheureusement, obtenir des fenêtres parfaitement propres et sans traces peut être un défi. Nous en avons préparé quelques-uns…

Décorer un rebord de fenêtre est une excellente occasion d'exprimer votre style et d'ajouter un caractère individuel à l'intérieur. Il est extrêmement important que les décorations soient…