Bertrand Fenêtres et Portes

Bertrand's People - Les vrais héros ne portent pas de cape

Les vrais héros ne portent pas de cape. Même si c’est un cliché, c’est tout à fait vrai dans ce cas-ci. Connaître le Seigneur Franciszka Miotk, notre employé du hall aluminium, pompier passionné depuis plus de quarante ans.

Quarante ans, c’est long, avouez-vous. Il est plus âgé que l'auteur de ce texte et il a quatre roues devant. Mais le choix de M. Franciszek, même s'il n'est pas pompier professionnel et travaille au sein des pompiers volontaires, n'était absolument pas fortuit.

Mon père était un homme de principes. Caractère et courageux. Il était pompier et c'est comme ça que tout a commencé. Je me souviens que lorsqu'il partait pour une action quelque part à proximité, j'ai immédiatement enfourché mon vélo et j'ai pédalé derrière le camion de pompiers. Une fois que tout était fini, mon père venait toujours, me prenait les mains et me disait avec un sourire : Qu'est-ce que tu fais ici encore ?! Et j'étais curieux – dit M. Franciszek.

Il se souvient parfaitement du moment où il a réalisé qu'il voulait être comme son père. Aider les gens. – Nous avions des voisins qui avaient des enfants du même âge que le mien. J'étais alors un garçon de neuf ans. Et les voisins avaient un chat. Et une fois, il y a eu un accident. Ce chat, de manière tout à fait inattendue, a mordu à la gorge l'un des enfants. Nous avons entendu des cris et des appels à l'aide et, devinant que quelque chose de grave s'était produit, j'ai immédiatement enfourché mon vélo et j'ai couru chez le médecin local. C'est comme ça qu'on appelait le docteur. Il m'a écouté, puis est monté dans sa Lada et s'est immédiatement rendu dans cette maison. – dit notre héros.

Il s'est avéré que le garçon s'étouffait. – Je me souviens que du sang coulait de mon cou, formant des bulles. Il s'étouffait. Felczer a pris un tel tuyau et l'a enfoncé dans le trou. Il lui a sauvé la vie – se souvient M. Franciszek, qui garde constamment cette image en tête. Lorsque nous suggérons qu’il a également sauvé cet enfant, il sourit légèrement embarrassé.

Eh bien, c'est comme ça que ça a commencé. C’est à ce moment-là que j’ai su que je voulais aider les gens.

Finalement, il n’est pas devenu pompier professionnel, mais c’était un choix conscient. – J'avais entre les mains un métier érudit, grâce auquel je gagnais de l'argent. Et travailler dans les pompiers volontaires était ma mission – dit un homme qui a consacré plus de quarante ans au service. Il a travaillé dans les pompiers volontaires de Łebno, Osiek et Lini, mais aussi en Allemagne, où il est allé travailler.

C'était à Hassenbach. Là-bas, j'ai travaillé dans une fondation qui organisait divers camps et voyages pour enfants, bien sûr liés à la lutte contre les incendies ou à la formation aux premiers secours. Des moments de plaisir. Nous avons organisé diverses initiatives, des jeux sur le terrain, et là j'ai reçu une décoration du commandant allemand. – sourit notre interlocuteur, qui se rendra à nouveau en Allemagne ou en Autriche dans moins de deux mois pour participer à des initiatives de lutte contre les incendies à l'étranger.

Au fil des années de service, M. Franciszek, qui a occupé diverses fonctions au sein du Service de pompiers volontaires, ayant même été président de l'unité pendant de nombreuses années, a reçu de nombreuses médailles et distinctions. C’est pour lui une grande fierté et une forme d’épanouissement. Même si, comme il le souligne, il ne fait pas tout pour la gloire.

J'aime juste aider. Même s’il faut être très résistant mentalement. J'ai fait face à la mort à plusieurs reprises. Tout le monde ne peut pas le supporter – dit-il, rappelant diverses actions qui laissent une impression durable sur le psychisme.

Lorsqu'il y avait un incendie dans l'un des villages, je suis entré dans la maison sans hésiter. Il y a de la fumée à l'intérieur, on ne voit rien. Je savais qu'il y avait un petit bébé là-bas, alors dès que j'ai vu le berceau, je me suis immédiatement dirigé vers lui. À l'intérieur… – il arrête sa voix un instant. – Il y avait un bébé à l'intérieur. Mais il est déjà carbonisé. Sans réfléchir, je les ai pris dans mes bras, même si je savais que cela ne servirait à rien. Et je l'ai emporté. Plus tard, j'ai dû me rendre plusieurs fois au poste de police de Wejherowo pour expliquer cela. Mais l'instinct est intervenu.

Un pompier ne doit pas hésiter. Ou avoir peur. Et voilà à quoi ressemble M. Franciszek. Et la mort ? – Et la mort fait partie du métier de pompier, même si vous travaillez dans les pompiers volontaires. Il faut devenir immunisé, mais la trace demeure. Cet enfant a été malade pendant deux semaines. Parfois, lorsque je rencontre à nouveau la mort, une semaine me suffit. Et parfois non – il réfléchit et regarde un instant par la fenêtre.

Est-ce que quelqu'un dans votre famille perpétue les traditions familiales ? - nous demandons. – Oui. Fils. L'un se trouve au service d'incendie de Rumia, l'autre au quartier général principal de Gdańsk. Ils deviennent réalité. Je suis très fier d’eux et je les soutiens beaucoup. Même s'ils sont encore un peu en deçà de mon expérience – M. Franciszek sourit. Lorsqu'on lui demande enfin si son père l'a soutenu dans sa passion, il répond sans hésiter. – Il ne m'a jamais poussé à faire quoi que ce soit, mais il était heureux. Il était très fier de moi. Tout comme maintenant, j'ai des fils.

Parlez de notre offre

Nous avons préparé quelque chose de spécial pour vous

Articles recommandés

Des fenêtres propres sont la carte de visite de chaque maison. Malheureusement, obtenir des fenêtres parfaitement propres et sans traces peut être un défi. Nous en avons préparé quelques-uns…

Décorer un rebord de fenêtre est une excellente occasion d'exprimer votre style et d'ajouter un caractère individuel à l'intérieur. Il est extrêmement important que les décorations soient…

Les fenêtres en PVC sont extrêmement populaires sur le marché de la construction depuis des années, principalement en raison de leur durabilité, de leur efficacité énergétique et de leur aspect attrayant…